Aller au contenu principal
Menu

L’accompagnement commence à l’aéroport

Ein Mann mit einer Sonnebrille sitzt an einen Schreibtisch und hat einen Laptop vor sich.
Hamid*, Chargé de projet à AWARD

L’organisation AWARD accompagne surtout les femmes et les jeunes rapatriés pour les aider à se reconstruire en Afghanistan. Elle est partenaire du programme « Perspectives dans le pays d’origine » du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Ce faisant, elle coopère étroitement avec la société allemande pour la collaboration internationale qui met en place le programme. Hamid*, le responsable du programme, nous parle des objectifs et offres de la « Afghan Women Association for Rehabilitation and Development ».

Quelle est l’approche de l’AWARD ?
Notre travail a commencé dès 1995. Pendant la guerre civile afghane, nous avons fourni un soutien humanitaire dans un camp de réfugiés à Mazâr-e Charîf. Mous mettions de la nourriture à disposition des femmes et leur proposions des formations. Aujourd’hui encore, le soutien des femmes est l’une de nos principales missions. On ne peut pas laisser la moitié de la population être ignorée. En Afghanistan, on continue souvent de ne pas prendre les femmes au sérieux et de ne pas leur accorder une voix dans la société. Nous les intégrons à tous les niveaux de notre travail. En tant qu’organisation, nous proposons des espaces dans lesquels elles peuvent s’exprimer librement et trouver une oreille attentive.

Eine Frau steht an einer Tafel und erklärt etwas. Vor ihr stehen vier junge Männer. Vor ihnen auf dem Tisch liegen Stoffe.
Une formatrice d’AWARD avec des participants d’une formation continue en couture

Quel rôle jouent la formation et le travail ?
Pour nous, la stabilité financière et l’indépendance économique sont primordiales, c’est pourquoi AWARD propose des formations théoriques et pratiques aux femmes et aux hommes. Cela leur permet de participer à la reconstruction du pays. En tout, notre programme englobe les secteurs Santé, Formation, Métiers et carrière ainsi que Production agricole. Pour ce faire, nous travaillons avec la société allemande pour la collaboration internationale (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit – GIZ) ainsi que d’autres organisations internationales. Nous voulons habiliter toutes les Afghanes et tous les Afghans à travailler et nous ne discriminons personne en raison de leur sexe ou origine.

Comment atteignez-vous les personnes revenues d’Allemagne et que leur proposez-vous concrètement ?
Nos offres s’adressent surtout aux personnes revenues d’Allemagne. Nous les accueillons à l’aéroport, nous leur attribuons un logement pour les premiers jours ainsi que des objets ménagers et un peu d’argent pour le loyer ou des rénovations. En quelques mois, nous avons déjà pu soutenir 144 rapatrié·e·s. La plupart sont de jeunes hommes âgés de 18 à 26 ans. D’autres offres s’adressent aux rapatrié·e·s en provenance d’autres pays de l’UE. Nous soutenons également les personnes revenues du Pakistan et de l’Iran, les personnes déplacées à l’intérieur de l’Afghanistan ainsi que les veuves et les familles qui ont perdu des proches en raison des violences politiques.

Fünf junge Männer beugen sich über einen Tisch mit technischen Bauteilen.
De jeunes Afghans pendant une formation technique de AWARD

Quelles opportunités de travail proposez-vous aux personnes revenues d’Allemagne et de l’UE ?
Nous proposons tout un éventail de prestations de service pour favoriser le travail et d’aides pour l’auto-assistance : dans le cadre d’un programme « Cash for work », par exemple, les personnes rapatriées sont employées pendant 40 jours et reçoivent un salaire à la fin de chaque journée. Pour cela, nous travaillons avec la municipalité de Kaboul. La ville emploie les rapatrié·e·s comme jardini·er·ère·s, employé·e·s de chantier ou personnel d’entretien pour nettoyer les écoles, parcs et orphelinats. Une formation dans le département comptabilité de la ville est également possible.

Dans quels autres secteurs proposez-vous également des formations ?
Nous proposons des formations en réparation de téléphones mobiles, pose de canalisations, couture et design. Pour cela, nous coopérons avec des entreprises afghanes. Nous travaillons par exemple avec le leader du marché national de la production de conduites d’eau. Nous formons les personnes intéressées à la pose de canalisations et les présentons à l’entreprise à la fin de la formation de six mois. Elles ont ainsi de bonnes chances de trouver un emploi. Nous mettons également à leur disposition des outils pendant la période qui suit la formation. Ainsi, les participant·e·s n’ont pas besoin de s’endetter en achetant leur premier équipement.

Accompagnez-vous également à la création d’entreprise ?
Oui, les formations sont constituées conformément aux directives de l’Organisation internationale du Travail, l’OIT. Dès que les personnes participantes ont développé avec nous leur business plan et ont terminé la formation, nous leur mettons à disposition une aide initiale pour mettre leur idée d’entreprise en pratique. Par exemple, nous subventionnons les entrepreneur·se·s en devenir dans l’élevage, le marketing en ligne ou l’enseignement de langues étrangères. Nos expériences ont démontré que l’Afghanistan a beaucoup de potentiel dans différents secteurs.

* Le nom a été changé

Edition: 04/2021

Nous voulons habiliter toutes les Afghanes et tous les Afghans à travailler et nous ne discriminons personne en raison de leur sexe ou origine.
Hamid*