Aller au contenu principal
Menu

Un avenir pour mon fils et des perspectives pour d’autres

Eine Frau mittleren Alters steht gebückt vor einem Mädchen und hält zwei Finger hoch.
Jelena en plein travail avec une jeune patiente.

Un avenir pour mon fils et des perspectives pour d’autres

Je m’appelle Jelena. J’ai 35 ans et j’ai deux fils. L’un de mes fils est autiste. Je m’efforce de l’aider. Ce faisant, j’ai réalisé que je peux aussi aider d’autres personnes. Fin 2020, avec l’aide du centre d’information allemand pour les migrations, les formations et les carrières (DIMAK) et de l’organisation partenaire HELP, j’ai créé mon cabinet de thérapie « Senzor Gym ». J’y aide les enfants porteurs de handicaps à apprendre des mouvements – des gestes simples à la motricité fine. Je suis persuadée que je peux encore en faire beaucoup plus.

Ein kleiner Junge sitzt auf einem Kinderfahrrad mit beiden Füßen auf den Pedalen. Eine Frau hockt daneben und stützt den Jungen.
Jelena aide un garçon à apprendre des mouvements à l’aide d’un vélo.

Mon histoire et celle de mon fils

Ma famille vivait au Kosovo, mais dans les années 1990, elle a fui la guerre en direction de la Serbie. Nous avons d’abord vécu dans la ville de Prokuplje, où mon fils est né. J’ai rapidement remarqué qu’il se développait différemment des autres enfants. Son autisme a été diagnostiqué alors qu’il avait deux ans. Il s’agit d’un trouble du développement qui entraîne des difficultés dans les relations sociales et la communication avec d’autres personnes. Le langage et les capacités motrices peuvent être limités.

Les médecins m’ont prévenue : mon fils ne pourrait jamais mener une vie normale. J’ai refusé de l’accepter. Aujourd’hui, à douze ans, il va à l’école, il a des amis, il aime l’art et le sport. Mon autre fils a six ans et n’a aucun problème de santé.

Mais le chemin a été semé d’embûches. Nous avons dû déménager à Niš, car il n’y avait de thérapies pour lui nulle part ailleurs. Même ici, il y a beaucoup moins de possibilités de thérapies qu’à Belgrade, si bien que nous avons dû faire les longs aller-retour de nombreuses fois. Je suis kinésithérapeute de profession. J’ai finalement commencé à travailler auprès d’une orthophoniste. Mon fils était l’un de ses patients. J’ai constaté que, grâce au travail avec mon fils, il était plus facile pour moi de comprendre les enfants autistes. J’ai appris à aborder ces enfants sur un pied d’égalité.

Ein junges Mädchen springt Trampolin. Eine Frau steht neben dem Trampolin und hält das Mädchen an den Händen fest.
Bouger ensemble : le trampoline est aussi au programme dans le cabinet de Jelena.

Saisir l’opportunité d’être aidée

Il y a quelques années, HELP a présenté un programme de soutien lors d’une rencontre de parents d’enfants autistes. Le programme s’adresse à des personnes qui veulent créer leur propre entreprise pour aider les enfants aux besoins particuliers. Pendant la présentation, je m’imaginais déjà mon futur cabinet. Peu de temps après, j’ai présenté un projet qui a été approuvé.

HELP m’a envoyé de l’équipement que je n’aurais jamais pu m’offrir. Mon frère m’a mis une petite maison à disposition. Elle était vétuste et devait être rasée. Mais nous l’avons rénovée et j’ai commencé à travailler. Cette année, le DIMAK m’a aidée avec un programme d’accompagnement et de mentorat. Avec quelques autres start-ups, j’ai reçu un accompagnement en ligne complet sur la gestion et le développement de nos entreprises. Ce fut très utile, car c’est la première fois que je dirige une entreprise.

Le programme englobe cinq modules dans lesquels les participantes et participants apprennent comment gérer une entreprise. Les sujets suivants sont abordés : entrepreneuriat, e-business, marketing, communication et culture commerciale ainsi qu’innovation. En outre, les personnes qui participent sont suivies individuellement grâce à un système de mentorat. De nouvelles idées commerciales sont ainsi développées en commun. Afin que je puisse continuer à travailler pendant la pandémie de coronavirus, le DIMAK a mis à ma disposition du désinfectant et un filtre à air.

Ein junges Mädchen läuft auf einem Laufband und spielt währenddessen ein Spiel. Eine Frau steht daneben und sieht zu.
Pour la thérapie, il existe différents moyens, dont un tapis de course et des jeux d’enfants.

Je suis fière de ce que je fais. Désormais, je souhaite en faire plus.

Je suis fière. Ce fut et c’est toujours une période difficile. Mais malgré tout, mon cabinet se fait une place. Je peux aider de nombreux enfants et leurs familles. En plus du mien, il n’y a qu’un seul autre cabinet qui propose de la thérapie sensorielle pour les enfants dans le sud de la Serbie. Désormais, j’ai achevé mes cours de thérapie sensorielle à l’Institut de santé psychique de Belgrade. De tels programmes sont géniaux pour les enfants autistes parce que la formation permet aux thérapeutes de mieux comprendre comment aider les enfants. J’avais moi-même déjà appris beaucoup de ces choses en élevant mon fils.

Souvent, les parents font une longue route pour m’emmener leurs enfants. Je reçois des appels de nombreuses familles qui ont besoin d’aide pour leurs enfants. Actuellement, j’étudie les possibilités d’agrandir mon entreprise. Par exemple, je pourrais embaucher une orthophoniste ou un éducateur spécialisé. Ainsi, les enfants pourraient suivre l’intégralité de leur thérapie au même endroit. Les premières étapes ont été effectuées, mais une chose est claire : j’ai encore de nombreuses choses à faire dans ce domaine.

Version : 12/2021

Les possibilités d’accompagnement et de soutien décrites ici sont proposées dans le cadre de « Perspectives dans les pays d’origine ».

En savoir plus >
Je suis fière. Ce fut et c’est toujours une période difficile. Mais malgré tout, mon cabinet se fait une place. Je peux aider de nombreux enfants et leurs familles.
Jelena

Plus d'articles de blog