Aller au contenu principal
Menu

Un nouveau départ avec un salon de coiffure

Ein junger Mann mit Bart lächelt und föhnt die Haare eines anderen Mannes.
Marzouk aime travailler comme coiffeur.

Un nouveau départ avec un salon de coiffure

Je m’appelle Marzouk et j’ai 32 ans. Je vis à Arekmane, au nord-est du Maroc. J'ai réalisé mon objectif d'ouvrir mon propre salon de coiffure. Je travaille dans le domaine que j’ai toujours aimé.

Ma région du Maroc a connu une immigration massive des jeunes vers l'Europe en 2013. J’en faisais partie. Je suis allé rejoindre mon frère en Allemagne pour y trouver un emploi.

Pendant mon séjour là-bas, j’ai travaillé sur des chantiers. Je m’amusais également à coiffer les cheveux des personnes de mon entourage.

Alors que je recherchais de nouvelles possibilités, j’ai décidé de me rendre en Espagne. J'étais donc en route vers le sud lorsque les autorités françaises m’ont renvoyé au Maroc en 2017.

Des formations pour créer ma propre entreprise

Au Maroc, j’ai cherché une possibilité pour démarrer un petit projet. Ce dernier devait correspondre à mes compétences et à mes ambitions. J’ai obtenu un certificat de coiffeur. Une association qui soutient les microentreprises m’a parlé de l’EIMA, l’Espace d’Information Maroco-Allemand pour la migration et l’insertion professionnelle.



Au sein de l’EIMA, j’ai participé à des formations. J’en ai appris davantage sur la résolution de problèmes, la communication et la gestion du temps. Au cours de ces formations, j’ai aussi appris comment gérer mes dépenses et mes revenus. J’ai appris à mener à bien mon projet.

Ein junger Mann föhnt in einem Frisörsalon die Haare eines anderen Mannes.
Avec l’aide de l’EIMA, Marzouk a pu ouvrir un salon de coiffure moderne. Photos : Alice Dufour

Un salon moderne

La coiffure, c’est ma passion. Je pense que je suis capable de faire des miracles avec mes mains et d’être créatif. L’EIMA m’a versé de l’argent pour que je puisse louer une boutique à Arekmane. Avec le bon équipement, j’ai pu la transformer en salon de coiffure moderne. Mon salon est aussi climatisé.

La pandémie a fortement affecté mon projet, si bien que mes revenus ont beaucoup baissé. Arekmane se situe dans une région qui attire des touristes de l’intérieur et de l'extérieur du Maroc. Mais, à cause des restrictions de déplacement, leur nombre a diminué.

J'ai hâte que la normalité fasse son retour. Je souhaite agrandir mon entreprise grâce à l’ouverture d’un nouveau salon de coiffure plus grand dans la ville de Nador.

Edition 09/22

Ce texte est écrit en langue simple. Notre volonté est que toutes les personnes intéressées puissent bien le comprendre.

Au cours des formations, j’ai appris à gérer mes dépenses et mes revenus et à mener à bien mon projet.
Marzouk

Plus d'articles de blog