Aller au contenu principal
Menu

Devenir indépendante, mais accompagnée

Eine Frau steht in einem Friseursalon und blickt in die Kamera.

Devenir indépendante, mais accompagnée

Je m’appelle Vahide et je viens du Kosovo. J’ai 39 ans, mon mari et moi avons 4 enfants. Je travaille comme coiffeuse depuis plus de 15 ans, mais c’était difficile de gagner notre vie avec ce métier. En 2015, nous avons émigré en Allemagne. Nous espérions y trouver une meilleure vie.

Mais nous ne pouvions pas travailler en Allemagne. Au bout de 3 ans, notre demande d’asile a été rejetée, nous devions rentrer au Kosovo. Par chance, nous avons alors entendu parler du Centre d’information allemand pour les migrations, les formations et les carrières (DIMAK) à Pristina. L’équipe d’accompagnement aide les personnes revenues au pays à reprendre pied au Kosovo. Comme nous cherchions des opportunités professionnelles, nous nous sommes vite adressés au centre après notre retour. L’équipe d’accompagnement nous a expliqué les possibilités qui s’offraient à nous.

Une aide pour les outils de travail

Comme je voulais me mettre à mon compte, l’une des offres était particulièrement intéressante pour moi : un programme de réintégration de l’agence pour l’emploi de la République du Kosovo pour les personnes rentrées au pays. Par ce biais, les entrepreneuses et entrepreneurs en devenir peuvent obtenir de l’aide, par exemple des outils de travail. C’était une information importante pour moi, car je voulais absolument travailler de nouveau comme coiffeuse – cette fois dans mon propre salon. Avec l’aide du DIMAK, je me suis donc adressée à l’agence pour l’emploi et j’ai obtenu un soutien financier de démarrage pour m’équiper. Je dois seulement payer le loyer par mes propres moyens.

De plus, le DIMAK m’a permis de participer à une formation sur la création d’entreprise. Lors de cette formation, j’ai appris à diriger une entreprise avec succès sur le long terme. La comptabilité et les inventaires faisaient entre autres partie des sujets abordés. Avec les conseillères et conseillers de la GIZ, j’ai aussi élaboré un business plan. En 2019, j’ai pu ouvrir mon propre salon de coiffure à Pristina. Le salon s’appelle « Vali ».

Tout cela a uniquement été possible grâce au soutien du DIMAK. Je suis très contente d’avoir mon salon de coiffure et de pouvoir à nouveau exercer mon métier. Comme mon mari n’a malheureusement pas pu trouver de travail après notre retour, je gagne l’argent nécessaire pour notre famille. Mais la pandémie du coronavirus est survenue en 2020.

Eine Friseurin bearbeitet die Haare einer Kundin mit einem elektrischen Lockenstab.

Des plans pour après la pandémie

Quand j’ai ouvert mon salon, les affaires allaient très bien. Désormais, le taux de remplissage est mauvais : les clientes et clients se font rares. Je travaille pour pouvoir payer le loyer. Après cela, il ne reste plus d’argent.

Malgré cela, je fais tout pour ne pas devoir fermer. Après la pandémie, je veux prendre un nouveau départ. Je souhaite agrandir mon affaire. Mes filles sont désormais adultes, le salon de coiffure représente une chance pour elles aussi. Grâce à la création de mon entreprise, la vie a recommencé au Kosovo pour ma famille et moi-même.

Edition: 01/2021

Je voulais absolument travailler de nouveau comme coiffeuse – cette fois dans mon propre salon.
Vahide