Aller au contenu principal
Menu

Heureuse d’être de retour

Zagorka schminkt eine Kundin im Schönheitssalon.

Heureuse d’être de retour

Je m’appelle Zagorka. J’ai 28 ans et je vis à Knjaževac, en Serbie. Je suis divorcée et j’ai 2 enfants. J’ai longtemps essayé de me bâtir une vie en Allemagne. Mais je n’ai jamais eu le sentiment d’être chez moi. Quand notre demande d’asile a été rejetée, nous sommes retournés en Serbie. À l’aide d’une brève formation d’esthéticienne, j’ai pu démarrer professionnellement.

Avant de partir pour l’Allemagne avec ma mère et ma sœur, mes perspectives professionnelles étaient mauvaises : je n’avais pas terminé mes études secondaires ni suivi une formation. À l’époque, ma famille ne disposait tout simplement pas de l’argent nécessaire. Nous arrivions à joindre les deux bouts avec du travail saisonnier, en aidant aux récoltes. Nous étions convaincus de trouver une meilleure vie en Allemagne. Mais je me sentais étrangère et j’avais un sentiment d’insécurité. Finalement, j’ai été soulagée de revenir en Serbie. Mais, parallèlement, j’avais peur de ne pas trouver de travail.

Zwei Frauen stehen in einem Schönheitssalon und unterhalten sich.

Un emploi dans un salon d’esthétique

Une assistante sociale qui travaille avec les Roms m’a parlé du Centre d’information allemand pour les migrations, les formations et les carrières (DIMAK). L’équipe d’accompagnement m’a proposé un coaching de carrière et différents cours. J’ai opté pour un cours de cosmétique de 3 mois. J’ai toujours voulu faire une école de cosmétique, mais il n’était auparavant pas possible de profiter d’une telle offre dans notre ville.

Le cours se déroulait dans un salon de beauté, ce qui me permettait de m’exercer directement sur les clientes. J’ai appris des techniques de manucure et pédicure. J’adorais les applications cosmétiques : poser des faux cils et ongles, maquiller et plus encore. J’ai vite appris. Cela m’a permis de gagner en confiance, aussi par rapport à mes interactions avec les clientes.

Zagorka steht in ihrem Schönheitssalon.

À la fin des cours, j’ai pu commencer un apprentissage dans le salon de beauté. Ensuite, j’ai fait un remplacement de congé de maternité. Finalement, la cheffe m’a proposé un CDI. J’ai désormais même quelques clientes fidèles. J’aime toujours mon travail et je souhaite continuer à en apprendre plus. Je suis ambitieuse et je veux toujours être à la pointe de la technique. Je m’entraîne aux techniques de massage ou j’essaie des tendances cosmétiques sur mes voisines et mes proches. Malheureusement, en ce moment la pandémie du coronavirus a un peu tout freiné. J’espère que ça sera bientôt fini. Globalement, je suis heureuse d’être de nouveau ici, en Serbie.

Edition: 01/2021

Les possibilités d’accompagnement et de soutien décrites ici sont proposées dans le cadre de «Perspectives dans les pays d’origine».

En savoir plus >

Ce lien ouvre une vidéo YouTube. Veuillez observer la politique de confidentialité en vigueur sur YouTube.

Confirmer
Je suis ambitieuse et je veux toujours être à la pointe de la technique.
Zagorka

Plus d'articles de blog